m T T

Le redressement de votre entreprise : quelques principes à observer

Le redressement de votre entreprise : quelques principes à observer
shadow
Les médias évoquent régulièrement le nombre de faillites et les tristes pertes d’emplois y associés. Les chiffres de 2018 pour la Belgique n’ont pas encore été publiés mais selon les premières estimations basées sur ceux d’octobre 2018, ils devraient être en diminution de près de 2% alors que Bruxelles afficherait une hausse de près de 5%.

Je ne vais pas aborder les raisons de ces faillites mais plutôt les choses que le dirigeant de PME peut faire pour redresser la situation financière de sa société.

1. Ne pas minimiser le problème

A chaque fois que j’accompagne le dirigeant d’une PME dans le redressement de ses activités, j’entends le même discours : « cette situation est exceptionnelle et temporaire ». Force est de constater que s’il n’y a pas une prise de conscience forte et une volonté de se remettre en question du dirigeant, les chances de succès sont relativement faibles.

Admettre que son entreprise est en crise, c’est déjà un grand pas en avant.

 2. Rassurer, rassurer et encore rassurer

A ce stade, il est essentiel de convaincre toutes les parties prenantes que la société est malade mais que les mesures sont prises pour la remettre sur pied.

 3. Arrêter l’hémorragie

 L’idée est qu’il faut absolument survivre aujourd’hui pour mieux vivre demain.

Il est important de redonner des moyens d’action à l’entreprise afin de gagner le temps nécessaire au redressement.

Des actions volontaires devront être menées pour tenir bon. Il s’agira de négocier avec les banques, fournisseurs, clients, employés et l’administration, et de réduire la voilure (réduction des coûts qui ne sont pas  indispensables, licenciements, …).

 4. Identifier les causes et ne pas se fier aux symptômes

Parlez aux leaders informels. Même s’ils n’ont pas de rôles hiérarchiques importants, leurs avis sont souvent très opportuns pour discerner l’origine des problèmes mais également pour imaginer des solutions Celles-ci pourront être intégrées dans votre plan de sortie de crise.

 5. Etablir un plan de sortie de crise à moyen terme 

S’il ne fallait faire que des coupes sombres, ce serait émotionnellement difficile mais techniquement simple à réaliser. Il est plus facile de détruire que de construire.

A ce stade, il faut absolument sortir du mode panique et réfléchir sur une période de 6 à 12 mois. Vous aurez besoin de tout le monde.

En tant que capitaine d’un navire en pleine tempête, vous devrez allier la parole aux gestes, parler vrai, être cohérent et déterminé. Le doute n’a pas sa place ici.

L’élaboration d’un plan de sortie de crise mettra en lumière les actions à entreprendre, le timing, le qui fait quoi, etc…

Ce plan donnera de la visibilité et redonnera le moral aux troupes.

 6. Bâtir un Business Plan sur les forces de l’entreprise

Réduire ses pertes s’est bien mais ce n’est pas suffisant à terme. L’entreprise doit pouvoir générer au plus vite des bénéfices. Cela passe par le développement du chiffre d’affaires et la réduction des coûts. Mais attention, toute action doit être prise en gardant à l’esprit la stratégie de l’entreprise.   En effet pour faire rentrer du cash, vous pourriez être tenté de revendre de l’immobilier (bâtiment, machines et outillages, etc…) de céder des activités ou encore réduire des investissements indispensables vous empêchant ainsi de déployer votre nouvelle stratégie et anéantissant vos chances de redressement.

 

Si vous voulez en parler confidentiellement, n’hésitez pas à nous contacter.

Cordialement,

Business Doctors

comments powered by Disqus