m T T

Le COVID-19 changera à jamais notre manière de travailler

Le COVID-19 changera à jamais notre manière de travailler
shadow

Nous le voyons tous les jours, la pandémie du coronavirus présente des défis sanitaires, sociaux et économiques sans précédent mais a également de profondes implications sur la façon dont nous inter-réagissons entre nous suite, en particulier, aux mesures de distanciation sociale et de confinement.

L'arrivée massive du télétravail en est un exemple concret en Belgique. Force est de constater que bon nombre de sociétés et d’administrations ont dû s’adapter au pied levé manquant de recul, d’outils à distance et de règles par rapport à cette nouvelle manière de fonctionner.

Alors qu’en 2015, 38% de la population danoise pratiquait le télétravaille régulièrement ou occasionnellement, l’Italie était à 8% selon l’étude d’Eurofound.

Pas mal de choses peuvent expliquer cela mais, personnellement, j’en retiendrai trois qui semblent illustrer la fracture entre le Nord de l’Europe et le Sud à savoir le développement technologique, la qualité de l’infrastructure de télécommunication et les différences culturelles, plus précisément une approche plus centrée sur la promotion de l’individu dans le Nord et celle du collectif dans le Sud.

Cette différence culturelle pourrait d’ailleurs être une variable à comprendre dans la propagation du virus, les pays du Sud étant beaucoup plus touchés que ceux du Nord.

L'impact complet de COVID-19 sur le marché du travail sera connu dans les mois et, peut-être même, années à venir mais ce qui est certain c’est que la pratique du télétravail va continuer à se répandre et que les relations employeur/employé, patronat/syndicats devront être repensées.

Nous sommes encore trop braqués sur le nombre d’heures prestées alors qu’in fine, ce qui compte ce sont les résultats.

Certains dirigeants d’entreprise que je côtoie sont mal à l’aise par rapport au télétravail car ils craignent que leurs employés s’adonnent à des activités privées sur le dos de leur société. Ce qu’ils craignent surtout c’est la perte de contrôle, crainte qui se nourrit du manque de confiance.

Pour réussir cette transformation inéluctable, la gestion efficace des télétravailleurs nécessitera une approche axée sur les résultats mais aussi, dans certaines sociétés, sur une véritable responsabilisation de l’employé à contrario d’une certaine infantilisation.  

Cela implique d’une part l’identification des objectifs et des activités et tâches pour les atteindre et d’autre part la mise en place d’un système de suivi flexible et collaboratif.  

Le point de départ est que les parties soient claires quant aux résultats attendus, aux conditions d’emploi, aux heures de « contactabilité » et à la manière de suivre les progrès réalisés.  

Des conditions sine qua non sont d’avoir un espace de travail dédié, l’accès à des équipements appropriés (pc, applications collaboratives de télétravail) et à un réseau de télécommunication haut débit, un support technique rapide, sans oublier une formation appropriée tant de l’employé que du manager/dirigeant.

La crise du COVID-19 nous force à penser le monde du travail différemment. Nous pouvons espérer prochainement moins de pertes de temps dans les transports pour rejoindre son employeur et moins de réunions chronophages.

Mais parler exclusivement de résultats et d’efficacité serait nier le risque grandissant d'isolement social associé au télétravail, isolement nuisible à la motivation et à l’équilibre psychologique.

Il est fondamental que le télétravailleur reste en contact étroit avec l’entreprise et ses managers et collègues. Le besoin d’appartenance, de communication, de collaboration, des relations interpersonnelles et de confiance sont des ingrédients qu’il faut absolument prendre en compte.   

La pierre angulaire du télétravail réussi est la confiance entre toutes les parties.

Stay Safe.

Aslam Bakkali

comments powered by Disqus